#5 Célestin

« Cela fait bientôt un an qu’avec ma femme nous avons fuit le Rwanda. Nous sommes depuis tout ce temps encore en attente d’une décision pour notre demande d’asile. En attendant, nous vivons en foyer et nous sommes bénévoles dans des associations d’Avignon. Même si je ne parle pas encore très bien français, j’aide à traduire quelques dialectes locaux pour les réfugiés. On aide comme on peut, mais on a peur que la décision soit négative et qu’on soit obligé de repartir au milieu d’un conflit armé. »